Trail du Mourtis (16 mai 2015)

Le Trail du Mourtis...petit mais costaud (35km et 2500m D+).

Après les trails du début d'année en moyenne montagne, il me tardait d'attaquer un Trail dans nos Pyrénées afin de se mesurer à la vraie montagne.
Le Trail du Mourtis pour sa 2e édition est déjà très populaire, les inscriptions étaient clauses 2 semaines avant le jour J avec les 250 coureurs max prévus par épreuve.
Deux jours avant je n'avais toujours pas de dossard quand notre président m'annonce le désistement de Jean-Jacques. C'est avec grand plaisir que j'ai accepté son remplacement.
Je voulais absolument accompagner Périnne, Etienne et El Président sur ce très beau parcours.
Jean-Jacques n'était pas totalement absent puisque l'organisation a bien changé son Nom sur la liste des inscrits mais pas le prénom.

Pour éviter le réveil aux aurores, j'avais décidé avec mon pote Pascal inscrit également en dernière minute de dormir dans la voiture sur le grand parking de la station à 100m du départ.
Nous étions entourés de camping-car certainement plus confortables mais une bonne bière Belge et une salade de pâtes ont suffi pour agrémenter la soirée.
La nuit fut très fraiche et j'ai eu du mal à sortir du duvet vers 6h30 tellement il me semblait faire froid dehors.
Le brouillard et une légère bruine m'ont remonté le moral, j'ai vraiment bien fait d'accepter le dossard.
1er SMS à 6h36 de mon voisin de parking « T Levé »...moi « Bof », « Tu fais le café ? ». Une banane englouti plus tard et en tenue de trailleur me voilà prêt pour un bon café italien, s'il vous plait.

7h, les voitures commencent à arriver et Jean-Louis me dit par SMS qu'ils arrivent, on se retrouve sur le parking avec toujours cette excellente météo qui ne nous laisse même pas admirer le départ des télésièges.
7h45, nous sommes tous prêts pour rejoindre la ligne de départ en espérant que celui-ci ne va pas trop tarder.
Une petite éclaircie nous permet de voir qu'il a neigé sur les sommets que nous allons aborder. C'est chouette on va pouvoir glisser dans les descentes.

8h, merde c'est déjà parti!! beaucoup trop vite mais il est vrai qu'il n'y a que 35km à faire et on a tous besoin de se réchauffer. La vidéo du départ est ici : Le Départ du 35k (JLM et Etienne à 33'' et JLH déjà à la traine à 1')

L'ambiance Trail est toujours très cordiale, pas de bousculade, beaucoup de respect entre les coureurs et avec les bénévoles.

Au bout de 4kms les choses sérieuses commencent, on monte en file indienne jusqu'au sommet de la station du Mourtis « Tuc de Pan », le sympathique brouillard est toujours présent, on croise les coureurs du 14km qui montent en télésiège les veinards.
On redescend au col du Menté par les pistes noire puis bleue, les quadriceps sont déjà bien actifs. C'est plus facile à ski.
1er ravito au col, un verre de coca et d'eau et me voilà parti pour l'ascension du pic d'Escalette.
Dès 1500m d'altitude, une petite couche de neige et une légère brise nous les brisent.
Heureusement, on redescend vite dans la  forêt jusqu'au col de Caube pour mieux remonter très raide jusqu'au Pic du Gard au sommet duquel on entend bien le public qui nous encourage sur les derniers mètres mais qu'on ne voit pas !!

C'est dans la longue, très longue, technique, très technique descente vers Bezins (-1000m) qu'on commence à y voir clair.
Ce qui est chouette dans cette magnifique descente c'est qu'on ne pense qu'à une chose...Putain il va falloir tout remonter pour boucler les 11 derniers km.
Ça tombe bien il me restait 2h à perdre.

Voilà, au bout du compte mes 6h32 sont passées très vite mais moins vite que les 5h44 d'Etienne et de Jean-Louis qui ne se sont pas quittés d'une semelle, le chrono à l'arrivée l'atteste.

Pendant nos exploits, Périnne a réalisé une très belle course sur le 14km puisqu'elle se classe 99e au scratch, 10e féminine et 5e de sa catégorie (Bientôt les podiums ?).

Quel grand plaisir d'après course de retrouver tout le monde autour d'une table de pique-nique riche en produits interdits et d'une bonne bière.

Quelques Photos ci-dessous diffusées par Running Mag ou sur le site du Trail.

Le départ d'El Président suivi comme son ombre par Etienne

Jean-Jacques le 171!!

A non c'est bien l'Oso...

Et pendant qu'on s'amuse sur le 35

Périnne ne perd pas de temps sur le 14K...

Tee Shirt manche courte et cuissard, même pas froid...

C'est fini, j'ai bien mérité une barquette de frites...

Etienne dans le brouillard au Pic du Gard, pas de trace du Président qui ne doit pas être bien loin pourtant.

Le voilà au Tuc de Pan

suivi par son ombre. Il doit lui raconter une connerie...C'est l'histoire d'un mec dans le brouillard qui n'a pas vu l'ours...aye!!