Marathon et 10 km de Valence (15 Novembre)

Bien dificile de courir après ce qui s'était passé à Paris 2 jours avant...

Mais Céline, Charly, Vincent et Etienne n'ont pas reculé, ils voulaient tout simplement courir pour ceux qui étaient tombés pour rien, simplement parce-qu'ils étaient en train de vivre...

Les deux premiers sont allés au bout, les deux derniers ont été arretés par leur corps. Saloperie de marathon, saloperie tout court...

Merci à vous quatre

Merci à toi, Charly :

"Aux victimes du vendredi 13 novembre 2015

Courir, pour se dépasser, se surpasser, se transcender, une sémantique de
sportif adepte de sensations. Mais au fond, chercher son soi quand le
monde se dérobe sous vos pieds, face à l'ignominie humaine, courir
prend un autre sens, un exutoire à l'horreur, un hymne à la vie. Je me
répétais sans cesse, qu'ils pouvaient prendre nos vies, mais qu'ils ne
nous prendraient pas notre liberté.

Ce dimanche matin, 15 novembre, après tant d'efforts consentis pour se
retrouver là au milieu de 15000 personnes Etienne, Vincent, Céline et
moi même rattrapés par l'émotion au moment du silence mémorial semblant
durée une éternité, les yeux humides levés vers le ciel, nous courrons
à l'amour, à la France, à la vie....

Alors non, le temps finalement n'a de sens que celui que l'on veut bien
lui donner, pour ceux pour qui au bataclan, les secondes de terreur avant de
tomber, devaient paraitre aussi une éternité, l'arme braquée...

Face à la haine, une force intérieure coulait dans mes veines, en mode
résistance, révolté mon salut sera d'arriver, pour un dernier hommage.

Heureux de vivre tout simplement...

Charly"

valence